Samurai Fantasy Index du Forum
 
 
 
Samurai Fantasy Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Salle du conseil

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Samurai Fantasy Index du Forum -> RP - Continent de l'Est -> Empire Asahi -> Palais Impérial
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shala
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 488
Classe: Majibushi
Race: Oni
Camp: Oni

MessagePosté le: 21/02/2007 15:45:14    Sujet du message: Salle du conseil Répondre en citant

Cette salle, beaucoup moins prestigieuse que celle du trône, n'en est pas moins importante. C'est ici que se prennent toutes les décisions, que ce soit pour les batailles ou pour tout autre aspect de la direction de l'empire. Cette salle est plus large que longue. Une table basse rectangulaire fait en bois précieux parcourt presque toute la largeur de la salle. D'un côté de la table, des "coussins" carrés pour accueillir les généraux et autres conseillers à même le sol. De l'autre côté de la table, un trône pour l'empereur. Cette disposition est là pour renforcer le fait que l'empereur est au dessus de tous les autres...
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 21/02/2007 15:45:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Minami
Empire Asahi

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2007
Messages: 17
Classe: Ninja
Race: Humain
Camp: Empire Asahi
Grade: Soldat Asahi
Niveau: 6

MessagePosté le: 23/02/2008 08:25:57    Sujet du message: Salle du conseil Répondre en citant

Ce furent les premiers rayons du soleil, chatouillant le visage de la belle endormie à travers la vitre du baraquement, qui mit fin au profond sommeil dans lequel elle était plongée. Minami fut la première réveillée, comme ce fut le cas les autres fois mis à part le bâtard. Profitant de cette intimité précaire, elle alla se doucher rapidement avant qu’un œil indiscret ait la chance de se rincer. Elle, autant que chacun des soldats qui avaient survécus à l’attaque de ces monstres, n’avaient pas pris le temps de se laver au retour de la mission. Ils étaient arrivés tard le soir, certains se faisant porter par d’autre qui eux avaient de la difficulté à endurer la douleur encore trop vive. De ce fait, le lit était bien plus accueillant que la tâche maintenant difficile et surtout douloureuse de manier un savon. Par contre, la nuit régénératrice passée, Minami pouvait apprécier les merveilles de se sentir propre à nouveau après avoir été souillé d’autant de crasse et de sang. Remarquant qu’elle n’avait rien pour se sécher, elle écouta attentivement pour s’assurer qu’il n’y avait personne de réveillé et retourna dans le dortoir pour se prendre une serviette. Elle fut cependant surprise d’entendre quelqu’un s’éclairer doucement la gorge, comme pour attirer son attention sans réveiller les autres. Se retournant sans même avoir le réflexe de se cacher, elle vit le capitaine Kenichi qui attendait au coin entre le dortoir et la sale des douches, habillé de manière un peu trop nette et soignée pour une simple routine. Visiblement, il l’attendait là pour ne pas avoir à entrer et la surprendre avec aussi peu de vêtement que présentement. Aucunement gêné, Minami évitait de se faire voir plus par principe que par malaise et faisait maintenant face au capitaine sans pudeur.

- Désolé de te surprendre dans cet état, ce n’était pas du tout mon intention. Dit Kenichi avec sérieux sans pour autant réussir à cacher un certain malaise.

- Vous êtes le capitaine de cette division dont je fais partit jusqu’à nouvel ordre, j’ai confiance en votre professionnalisme. Cette situation ne me gêne pas. Dit Minami d’un ton neutre mais poli.

Elle avait quand même remarqué dans sa voix le malaise tout à fait naturel qu’il avait et s’était donc couverte d’une serviette à portée de main.

- Bien… Je voulais simplement te transmettre un message. L’empereur nous convoque, il a besoin d’entendre nos rapports sur la mission. Le messager de l’empereur voulait te délivrer le message lui-même, mais je craignais que tu sois dans la situation que tu es en ce moment et je ne sais pas si on peut compter sur son professionnalisme à lui.

- Merci de cette attention. Quand?

- Aussitôt que tu seras habillée.

- Alors donnez-moi deux minutes et je vous rejoins dehors, ça vous va?

- Entendu.

Le capitaine sortit immédiatement et Minami s’habilla rapidement de son costume le plus propre et le moins provoquant. Quelques coups de peigne rapide dans les cheveux suffit à les mettre en place sommairement le temps de la convocation. Sortant à son tour, elle trouva le capitaine dans la même position que précédemment, mais à côté de la porte cette fois. Ils n’avaient rien d’autre à se dire, alors ils marchèrent simplement directement vers le bâtiment impérial.

Bien entendu, ils se heurtèrent à divers gardes qui bloquaient les divers accès aux divers endroits réservés. À chacun d’entre eux, le capitaine devait montrer la lettre de convocation et récité à voix haute des paroles préparées à l’avance pour leur expliquer brièvement la raison pour laquelle les gardes devaient les laisser passer. Un des tests qu’Ayame avait fait passer à Minami avait été de réussir à aller la trouver à la porte du palais sans aucune autorisation écrite, et donc aucun droit réel de s’y rendre. Elle aurait pu jouer des rôles comme à son habitude, mais elle a préféré utiliser ses techniques ninjas pour passer, plus par manque de motivation que par défi, mais s’en fut tout un tout de même. Avec le nombre de postes gardés à traverser, Minami commençait vraiment à penser que l’infiltration était plus tentante car c’était d’un ennui... Minami n’avait pas changé vraiment dans son expression, mais elle commençait à se demander si ce n’était pas un peu excessif. Kenichi quant à lui avait perdu son ton formel et tendait mollement la lettre devant lui pour la montrer, probablement agacé de cette répétition monotone. Rendu au dernier poste par contre, celui devant les portes du palais, il récupéra sa stature et son entrain, à l’entrée du palais, il ne fallait pas décevoir.

Cette fois, ils ne reçurent pas d’autorisation pour entrer, ils devaient attendre un homme qui les accompagnerait jusqu’à la salle de conseil où se déroulerait le rapport. Ce dernier ne mit pas longtemps à arriver et les pria d’entrer. C’était un tout petit personnage, mais bien habillé et avec de bonnes manières. Il leur résuma rapidement les règles d’éthique lorsque l’on rencontre l’empereur, insistant sur le fait qu’il fallait s’assurer de toujours être plus bas que lui. S’il s’incline, on s’incline encore plus bas, s’il est plus petit que nous, on se voûte pour être plus petit. Ce sont les règles de base à respecter par toutes personnes autre que l’entourage direct de l’empereur. Certains empereurs n’aiment pas autant de formalité, mais pour le moment, Minami n’avait pas l’intention de prendre de chances.

Suivant le guide, ils traversèrent quelques longs couloirs pour finalement arriver devant une porte, banale pour un palais, mais très stylisé pour le commun des mortels. La ninja fléchissait déjà un peu les genoux au moment où le petit homme ouvrit la porte. Elle le vit, l’empereur, assis sur son trône de l’autre côté de la pièce. Le trône était suffisamment grand mettre l’empereur plus haut qu’une personne debout, permettant à Minami de se redresser un peu. En même temps, Minami et Kenichi effectuèrent le salut dans les règles de l’éthique et marchèrent vers les coussins en gardant la tête un peu penchée vers le bas en signe d’infériorité. Ce n’est qu’au moment où elle s’assit sur le coussin que Minami, et Kenichi aussi visiblement, remarquèrent la présence d’une autre femme dans la salle, assise sur un autre coussin. Minami ne fut même pas surprise de ne pas l’avoir remarqué, cette femme avait un don pour passer inaperçu. Il s’agissait du capitaine originel de Minami, Ayame, une Kagemusha, celle qui lui avait tout appris, mis à part la séduction. La ninja et la Kagemusha se firent un signe de tête pour se saluer. Pas plus de cérémonies ni de formalités, cela faisait très longtemps qu’ils avaient passé ce stade entre elles. Pour le moment, il s’agissait de rester silencieux et d’attendre que l’empereur parle en premier, après seulement, ils feraient leur rapport.
Revenir en haut
Sù-Tama
Esprit Fourbe/MJ

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2008
Messages: 18

MessagePosté le: 10/05/2008 23:00:55    Sujet du message: Salle du conseil Répondre en citant

Il y avait une autre présence que Minami n'avait pas remarqué. Il s'agissait de Yoshino, le bras armé de l'Empereur. Cette mystérieuse gamine siégeait en hauteur, drôlement installée sur le sommet du dossier du trône de l'Empereur. Sans doute les couleurs de ses vêtements l'avaient-elle fait passer inaperçu, à moins que ce soit la maîtrise de son aura qui l'avait rendue presque invisible aux yeux de tous. Ce ne fut que lorsqu'elle poussa un petit rire discret que les invités de l'Empereur la remarquèrent. Une fois "repérée", elle descendit de son piédestal et s'installa par terre à côté du trône, à la même hauteur que les convoqués. Ce ne fut que lorsque les portes donnant accès à la salle du conseil se refermèrent que l'Empereur prit la parole...

- Capitaine Kenichi, Minami, vous connaissez évidemment déjà tous les deux le capitaine Ayame. Si je vous ai convoqué personnellement, c'est parce que votre dernière mission a pris des proportions inattendues. Si mes informations sont justes Kenichi-taishô, vous et votre unité avez été opposés à des adversaires inattendus. Des "créatures" repoussantes et redoutables, qui avaient éliminé les hommes du clan Nijii avant même que vous ne lanciez l'assaut sur le village de Santu qui se trouvait sous leur protection. Le combat contre ces "choses" était inévitable, et malgré votre succès, vos pertes furent sévères... Est-ce exact?

- C'est exact votre excellence.

- Bien. Vous confirmez je suppose, Minami-san?

La ninja confirma d'un geste de la tête, sans rien ajouter de plus. Ni Kenichi, ni Minami n'avaient osé croiser le regard de l'Empereur, se contentant juste de répondre à ses questions. Pour l'instant, la jeune ninja ne comprenait pas trop où leur seigneur voulait en venir. Après tout, si c'était juste pour confirmer des informations il aurait pu le faire via des intermédiaires. Tout en continuant à se poser des questions, Minami laissa reprendre l'Empereur.

- Vous avez une estimation des pertes au niveau de vos effectifs taishô?

- Un peu plus de septante-cinq pour cent, votre excellence.

- Je vois, c'est terrible. Combien d'hommes vous reste-t-il?

- Une dizaine votre excellence.

- Comment comptez-vous expliquer la disparition de tous ces hommes à leurs familles, alors que vous, vous êtes encore en vie?

Cette fois Kenichi ne put s'empêcher de lever les yeux vers l'Empereur. La surprise se lisait sur son visage, il s'attendait à tout, sauf à une question de ce genre. Il avait déjà perdu des hommes par le passé, et à chaque fois il était allé annoncer personnellement la disparition aux familles. Mais cette fois-ci c'était différent. Cette fois il avait perdu quasi toute son unité, et le fait que lui soit toujours en vie pouvait-être interprété par les familles comme une erreur de commandement de sa part, ou comme une volonté de préserver sa vie plutôt que celle de ses hommes. Il ne se voyait évidemment pas en train d'essayer de convaincre les familles de ce qui s'était vraiment passé, ça aurait été totalement déplacé. De plus, vu la situation particulière dans laquelle tout ceci s'était déroulé, il n'était pas garantit qu'il soit autorisé à les expliquer, ces fameuses circonstances. Après un moment d'hésitation qui sembla durer une éternité, Kenichi baissa enfin les yeux, et répondit:

- Je serais incapable de leur expliquer cela... Si les familles de mes hommes tombés au combat souhaitent que je m'ôte la vie pour soulager leur peine, je le ferai avec joie...

La capitaine actuel de Minami lança un regard discret à cette dernière, histoire de voir sa réaction. Il s'était rappelé de la discussion de la ninja avec Hira à propos de l'honneur, et de tout ce qui en découlait. Il savait qu'elle n'adhérait pas à ce concept, et voulut donc lire dans son regard ce qu'elle pensait sur l'instant. Mais la jeune Asahi resta impassible, ne dégageant pas la moindre émotion. Voyant qu'elle ne réagissait pas, il se remit à regarder droit devant lui, un très fin sourire, à peine perceptible aux lèvres. Sourire qui s'effaça bien vite lorsque l'Empereur déclara:

- Très bien... Dans ce cas, faites-le.

A nouveau, Kenichi releva la tête, les yeux grands ouverts. Il ne fixait pas l'empereur cette fois, mais un point dans le vide, qu'il avait d'ailleurs du mal à fixer, sous le coup de l'émotion. Le silence se faisait de plus en plus pesant, silence rapidement interrompu par un nouveau petit rire de Yoshino, qui semblait trouver toute cette histoire follement amusante. Lentement, les yeux de Kenichi se firent de moins en moins grand, pour finalement se fermer. Il poussa un léger soupir, avant de lâcher solennellement:

- Très bien...

Il se suréleva légèrement sur ses genoux pour sortir son wakizachi de sa ceinture (seule arme autorisée pour les invités et convoqués bushi en ces lieux), ainsi qu'une serviette de tissu blanc, qu'il posa devant lui sur la table basse avant de poser l'arme dessus. Il déserra sa ceinture, pour laisser son abdomen à l'air libre, et reprit le wakizachi. Il pointa la lame sur son ventre, et tourna la tête en direction de MInami. Avec un sourire léger mais sincère, il lui dit:

- Je ne te demande pas de comprendre, Tekada. Contente-toi de respecter cet instant. J'ai apprécié t'avoir sous mes ordres, tu deviendras un grand assassin, j'en suis certain...

Il repointa son regard en direction de l'Empereur. Il le fixa sans hésiter, pour lui prouver que c'était un homme d'honneur, et qu'il allait s'ôter la vie parce que c'était le souhait de son seigneur. Il prit une grande inspiration, puis une autre, et encore une autre. Yoshino ne riait plus, mais son regard était scotché sur l'abdomen du capitaine, dont elle imaginait déjà les tripes sortir avec hâte. Une dernière inspiration, et cette fois Kenichi y allait. Sauf qu'au moment où la lame allait lui transpercer les viscères, il entendit un rire. Ce n'était pas Yoshino, mais bien l'Empereur. Et ce n'était pas un petit rire discret, mais bien un rire qui commença par des murmures, et qui se termina par une euphorie bien audible. Déstabilisé par cette situation, Kenichi s'était arrêté, fixant l'Empereur, incrédule. Celui-ci se calma alors, et rétorqua:

- Désolé, ça me fait rire à chaque fois. Cette conviction est tellement ridicule... Dire qu'il y en a encore plein, des samurai dans ton genre, ça me sidère... Je plaisantais, range-donc cette lame. C'est qu'il allait vraiment le faire en plus...

Le capitaine n'en croyait pas ses oreilles. Plus que sa personne, c'était de son sens de l'honneur dont l'Empereur venait ouvertement de se moquer. C'était une véritable humiliation. A l'intérieur de lui, la colère bouillonnait de plus en plus fort, l'envie de retourner sa lame contre son seigneur était grande. Mais il était hors de question d'agir ainsi, l'empire était tout pour Kenichi, et s'attaquer à son leader, c'était s'attaquer à l'empire lui-même, et ça il ne pouvait pas se le permettre. Il retint donc toutes ses pensées noires, et garda son calme, remettant son kimono correctement et rangeant son wakizachi à sa ceinture...

- Ne t'en fais pas pour les familles des victimes, tu n'auras pas à t'expliquer au près d'elles. Elles seront indemnisées, quant aux soldats disparus, ils seront mis en terre avec les honneurs. Le village de Santu est désormais ton fief, tu y logeras ainsi que le reste de tes hommes jusqu'à nouvel ordre. D'autres soldats viendront remplir tes rangs par après. Seule Minami quitte tes rangs, elle retrouve son unité d'origine. Tu peux disposer...

Avec une amertume difficilement dissimulée, Kenichi se leva de son coussin, et salua l'Empereur. Il se tourna ensuite vers MInami et Ayame, et les salua à leur tour, sans un mot. Il quitta ensuite la pièce, et le palais, laissant Minami seule avec sa capitaine d'origine face à l'Empereur.

- Bien passons à la suite. Minami-san, j'ai appris que la cible que tu devais surveiller, Keiro Hagane, fait partie des pertes. Je ne te blâme pas pour cette disparition, de toute façon je n'attendais pas grand chose de ce petit bâtard... Si tu es ici, c'est pour tout autre chose... Maintenant que tu connais assez bien le capitaine Kenichi et ce qui reste de son unité, j'ai décidé que tu seras celle qui conduira les ninja d'Ayame pour leur élimination...


HRP: voilà, poste les réactions de ton perso ainsi que ses pensées, ainsi que tes réponses à l'empereur si tu veux lui en donner. je reprendrai ensuite pour donner les derniers détails de la mission d'élimination avant ton départ pour Santu...
Revenir en haut
Minami
Empire Asahi

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2007
Messages: 17
Classe: Ninja
Race: Humain
Camp: Empire Asahi
Grade: Soldat Asahi
Niveau: 6

MessagePosté le: 25/05/2008 04:33:20    Sujet du message: Salle du conseil Répondre en citant

Un petit rire. Cette fille, Minami ne l’aimait pas. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle ne l’aimait pas. Minami était cruelle dans une certaine façon, mais cette Yoshino était cruelle dans un sens un peu plus sanguinaire, ou du moins elle le semblait. Jouer avec les sentiments des gens et le tourner à son avantage était une chose fort utile, mais aimer voir des gens physiquement souffrir ou simplement mourir, en ressentir du plaisir, cela ressemblait plus à de la démence aux yeux de Minami. Cependant, elle savait qui elle était et n’irait certainement pas la contredire. Elle avait malheureusement le pouvoir de décider de vie ou de mort sur bien des gens, sans oublier la capacité de le faire. Le fait que Minami ne l’ait pas remarqué alors qu’elle était perchée en hauteur aussi visiblement montrait son niveau et imposait le respect de Minami… Mais peu importe, Minami ne l’aimait pas, sans savoir exactement pourquoi. C’était probablement l’aura qu’elle dégageait, ce rire innocent et anodin venant de la plus redoutée des assassins qui lui donnait l’air d’un banal animal de compagnie.

Minami regarda ailleurs, regardant l’Empereur sans le regarder dans les yeux. Il parlait de l’assaut du village Santu, comment tout avait tourné au drame et comment des créatures inconnues de Minami jusqu’à présent s’étaient montrés. Simplement à en parler, cela lui rappelait des images repoussantes. Cela ne l’avait pas traumatisé ou même ébranlé, mais c’était nouveau et ces créatures n’avaient pas l’allure d’un prince charmant.

Minami confirma quand on lui demanda. Elle ne savait pas trop pourquoi elle devait être présente à cette rencontre. S’il voulait simplement qu’elle confirme les dires de Kenichi, c’était un peu inutile. Certes, elle était honorée de rencontrer l’Empereur, même de rencontrer le Bras Armé de celui-ci malgré son impression désagréable envers elle, cependant, même honorée, elle trouvait la situation étrange. De plus, Ayame était là aussi. Si c’était seulement pour la réintégrer dans son ancienne unité, un bout de parchemin et une rencontre de trente secondes avec Ayame aurait suffi. Il y avait quelque chose qui clochait.

Elle n’avait pas abaissé son attention sur ce qui se disait. Les paroles « courageuses » de Kenichi n’étonnèrent pas Minami. Elle le savait pleins de ce que les bushis appelaient leur voie du salut, l’honneur. C’est un soldat, un capitaine d’unité. Pourquoi devrait-il mourir? Parce qu’il a subi de lourdes pertes dans son unité? Et puis quoi encore. Le seppuku par-ci, le seppuku par-là. Lui aussi il perd des gens qui étaient proche de lui, ce serait idiot de mourir parce que les familles le désireraient pour apaiser leur peine. Un homme du calibre de Kenichi, avec son niveau de combat, ce serait perdre un très bon élément pour l’empire. Minami trouvait idiot qu’après que plusieurs personnes aient péris au combat, un autre doive faire le seppuku pour se libérer de la honte de la défaite, comme s’il avait pu tous les protéger. Bien entendu, la vérité ne pouvait être dite ici, comment expliquer que des sortes de zombis sont arrivé sans crier gare et ont tué un fils, un père, un mari? Mais dans les guerres, il y a des victoires et des défaites. S’il y a des survivants, tant mieux, si non, dommage. Pleurez-les, enterrez-les, mais n’allez pas souhaiter la mort de quelqu’un qui les pleurs avec vous. Minami avait bien expliqué à Hira que de mourir pour soi était idiot quand on ne pouvait pas en profiter, mais mourir pour les autres de cette façon, quand les raisons sont aussi insensés, la ninja n’y voyait aucun intérêt.

Cependant, Kenichi y voyait de l’intérêt. Pour lui c’était important. L’honneur, c’est un but dans la vie pour les bushis, comme certains ont le but de devenir riche, eux cherchent l’honneur. Minami le respectait pour cela. Elle avait beau trouver que l’honneur était une idiotie, c’est la détermination de certains envers l’honneur qu’elle respectait, comme celle de Kenichi. Elle ne crachait pas sur les honneurs, mais elle n’en faisait pas sa vie. Certains soldats le font et elle respecte ce choix, mais n’ira certainement pas l’approuver. Elle n’avait pas changé d’expression à ce qu’avait dit le capitaine, elle n’avait qu’à peine bronché quand l’Empereur lui a dit de le faire, les « dernières » paroles de Kenichi ne l’affectaient même pas. Elle était déçue qu’il se plie à une doctrine aussi vague que l’honneur, mais elle respectait son choix, car il était déterminé et pour lui, son honneur valait plus que sa vie…

Un autre rire. Celui de l’Empereur. Minami détesta ce rire. Bien qu’elle ne croyait pas en l’honneur, elle trouvait dégradant la façon dont l’Empereur s’était moqué de Kenichi. Celui-ci affichait ce déshonneur fortement même si normalement la suite de la conversation aurait dû lui plaire, alors qu’il recevait un fief et se faisait promettre de nouveaux hommes pour remplacer ceux morts au combats. Minami n’aimait pas le fait qu’il lui dise de ne pas se préoccuper des familles. C’était bien de la part de Kenichi d’être celui qui allait expliquer ce qui avait mal tourné. Minami appréciait ce genre de dévouement, c’était une preuve pour les familles que le capitaine appréciait chacun de ses soldats, au moins suffisamment pour se sentir personnellement concerné par leur mort et par le chagrin que ressentirait leurs proches.

Kenichi partit, enragé et déshonoré, Minami le devinait. Ayame n’avait pas bougée non plus, mais la ninja savait que sa capitaine ne devait pas apprécier les agissements de l’Empereur. Elle était cruelle, autant si non plus que Minami, mais il y a des choses qu’il faut respecter, Empereur ou pas. Une fois Kenichi partit, l’Empereur vint finalement à la conclusion, à la véritable raison de cette rencontre.

- …Maintenant que tu connais assez bien le capitaine Kenichi et ce qui reste de son unité, j'ai décidé que tu seras celle qui conduira les ninja d'Ayame pour leur élimination...

Un petit blanc s’installa. Minami comprenait maintenant. Elle et Ayame étaient les deux seuls réellement nécessaire ici. Tout ce manège, la supposée rencontre pour donner un rapport et réassigner Minami à son unité de base, c’était pour s’assurer que Kenichi et ses hommes seraient tous, sans exceptions, à Santu, loin des yeux et des oreilles du reste de l’Empire du Soleil. Il ne voulait pas qu’il parle aux familles, il voulait qu’il se rende à Santu et y attende ses nouveaux soldats. Cependant… Pourquoi les tuer? Ça aussi elle pouvait y répondre, ou du moins elle s’en doutait. Ces créatures, c’est une menace pour l’Empire, l’Empereur ne veut certainement pas que le peuple découvre leur existence, il ne veut pas que la vérité s’ébruite pour éviter la panique. Cela voudrait dire qu’il faisait confiance à Minami, car cette mission impliquait qu’elle ne serait pas assassinée pour cette raison et qu’elle pourrait donc vivre avec ce secret. De toute façon, si quelqu’un était assigné pour la tuer, elle ne se laisserait certainement pas faire, même si c’était Ayame ou Kayli. Bien entendu, c’était un assassinat pur et simple. L’Empereur ne lui dira certainement pas la raison de cet assassinat et les ninjas d’Ayame ne la demanderont pas non plus. Ce sont des assassins, ils sont entraîné et formé pour tuer sans poser de questions, aussi brûlantes soient-elles. Minami n’est pas totalement comme eux sur ce point, elle aime bien savoir pourquoi une personne doit mourir quand elle peut le savoir, mais elle n’insiste pas sur les décisions et fait le boulot comme elle le doit.

Il semblait attendre une réponse ou une réaction. Minami n’en avait donné aucune jusqu’à présent. Et se fut sans émotions, sans changement d’expression et d’un ton aussi normal que possible qu’elle répondit.

- J’accepte…Je prendrai tous les détails que vous pourrez me donner sur ma mission, ainsi que sa raison si vous acceptez de m’en informer. Ensuite, j’irai accomplir votre volonté…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 17/10/2018 11:24:50    Sujet du message: Salle du conseil

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Samurai Fantasy Index du Forum -> RP - Continent de l'Est -> Empire Asahi -> Palais Impérial Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com